Compte rendu sur le Colloque International de l’AIESEE

Cepelare, 28-31 août 2008

A ce colloque organisé par le Comité National Bulgare de l’AIESEE avec l’aide moral et financier de l’UNESCO ont participé 29 spécialistes – académiciens, professeurs d’université, maîtres de recherche – de 9 pays (Bulgarie, France, Italie, Turquie, Russie, Roumanie, Grèce, Croatie, Macédoine-FYROM). La qualité des communications fut remarquable et le colloque – organisé sous le patronage du président de la République Bulgare, M. Georgi Parvanov, qui a envoyé son message – fut vraiment un succès.

Les travaux ont été introduits par les allocutions de Georges Parvanov, Président de la République Bulgare, prof. André Guillou, Président de l’AIESEE et par la représentante de la Mairie de la Commune de Cepelare.

Au début des travaux on a évoqué les priorités de l’UNESCO et son intérêt pour le problème de la communication dans le Sud-Est européen tels qu’ils se sont reflétés lors des sommets des chefs d’état du Sud-Est européen à Varna (2005) et à Athènes (2008) : il s’agit des « corridors culturels » – thèse élaborée, il y a plus de 30 ans, au sein même de l’AIESEE, par son actuel Secrétaire Général, le professeur Razvan Theodorescu – « Routes, itinéraires, rivières et lacs » (communication d’ Hélène Antoniadis-Bibicou, Roumjana Mihneva et Razvan Theodorescu).

Le thème principal du colloque, les rapports entre l’Europe centrale et l’Europe de sud-est, montra la diversité et en même temps les éléments d’unité européenne qui ont présidé deux siècles de relations dans les domaines de l’histoire politique, de l’économie, du folklore, de l’art, de la linguistique (communications d’André Guillou, Razvan Theodorescu, Irina Sedakova, Elka Bakalova, Nadia Danova, Elena Uzeneva, Constantin Iordan, Ivana Zebec, Ersin Embel, Jean-François Gossiaux).

D’autres communications ont abordé des sujets divers tenants du Sud-Est européen (idées nationales, culture, relations internationales). Les travaux du colloque seront publiés à Bucarest par le soin du Secrétariat Général de l’AIESEE, avec ceux du colloque précédent (2007) d’Athènes.

* * *

Une réunion du Bureau de l’AIESEE a permis aux participants de faire le point des travaux de préparation du dixième Congrès international d’études du Sud-Est européen qui se tiendra pour la première fois en dehors de l’espace balkanique et carpatho-danubien, notamment à Paris de l’AIESEE toujours avec l’appui moral et matériel de l’UNESCO.

A cette occasion Mme Hélène Antoniadis-Bibicou, Présidente du Comité Français de l’AIESEE, a exposé le thème principal du Congrès et ses quatre axes et a mentionné les rapporteurs chargés de chaque axe, les détails de l’arrivée et du départs des congressistes et a annoncé l’ouverture le 17 juin 2009 d’une exposition de photographie « Du Bosphore à la Mer Adriatique » à la Conciergerie de Paris à laquelle tous les participants au Congrès seront invités.

A ce congrès il n’y aura pas de tables rondes, mais on envisage la création des groupes de travail multinationaux et interdisciplinaires en vue d’approfondir les sujets débattus lors du Congrès.

La taxe d’inscription au Congrès sera environ 30 euros.

Les organisateurs ont l’intention de soutenir financièrement la participation au Congrès de deux chercheurs par comité national.

La langue du Congrès sera la français (les actes du Congrès seront publiés dans cette langue). Les interventions en anglais sont également adises.

La date de la première lettre circulaire concernant l’organisation du Congrès de Paris a été fixée pour la fin du mois de janvier 2009. Une deuxième lettre circulaire sera transmettre avant le 15 mars.

En ce qui concerne les titres et les résumés des participants au Congrès, on les attend jusqu’au 30 avril.

Le Comité Français a annoncé aussi qu’a terminé la rédaction du deuxième tome de l’ouvrage « Pour une grande histoire des Balkans des origines au guerres balkaniques».

En outres, nous avons discuté la situation de la cotisation des comités nationaux de l’AIESEE envers l’Association. Les représentants des comités italien, grec, et de deux comités turcs ont payé les contributions pour 2008. A cette occasion la Bulgarie et la Russie ont réglé leurs arrières.